Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

« Jamais plus », de Colleen HOOVER : Contre toute attente, un avis mitigé.

Le 2 juin 2017, 15:22 dans Livres 11

« Jamais plus », c’est ce que se dit l’héroïne lorsque son petit ami la frappe pour la première fois. Car cette fois, l’auteure s’attaque au difficile sujet de la violence dans le couple. Et comme vous le verrez dans la post-face, il s’agit d’une situation qu’elle a vécue étant enfant.

 

Lily, 24 ans, vient d’enterrer son père sans pouvoir dire un mot gentil à ses funérailles, et pour cause : Elle le voyait battre sa mère depuis son enfance. Elle prend l’air sur un toit d’immeuble lorsqu’arrive Ryle, un jeune homme qui a lui aussi passé une mauvaise journée, ils font connaissance, se plaisent bien, et finiront par sortir ensemble. Jusqu’au jour où, lors d’une dispute, il perd son calme et la frappe. 

 

 

Lily, qui n’a jamais compris pourquoi sa mère endurait ces moments douloureux et lui faisait endurer ce spectacle, s’était juré de ne jamais rester avec un homme violent. Pourtant, quand Ryle se confond en excuses, pleurs, et promesses que ça ne se reproduira jamais, elle décide de lui laisser une seconde chance. Pourquoi ? Parce qu’elle l’aime et qu’elle passe par ailleurs des moments merveilleux avec lui. Sauf que bien sûr, le second coup révèlera que le premier n’était pas un accident et, au troisième, lorsqu’elle aura vraiment peur pour sa vie, elle se rappellera la promesse qu’elle s’était faite. 

 

Parviendra-t-elle à quitter l’homme qu’elle aime autant qu’elle le hait ? En dépit de tous les avis qu’elle pouvait avoir sur la question, elle se rend compte que la situation est bien plus complexe qu’elle ne l’avait perçue avant de la vivre. Heureusement, elle peut compter sur un ami d’enfance très protecteur… Qui fait lui aussi l’objet d’une histoire dans l’histoire. Mais celle-ci, je vous laisse la découvrir !

 

*****

 

En général, si j’apprécie les romances de Colleen HOOVER, c’est parce qu’elle a un talent certain pour nous faire ressentir les sentiments de ses personnages comme si nous étions eux. Ses romans sont donc souvent très forts en émotions, et c’est ce que j’aime dans ses lectures.

 

Ici, je pense que l’objet du roman était de nous inviter à ne pas juger ces femmes qui restent avec des maris qui les battent, en nous montrant à quel point, quand on aime une personne, il est très difficile de croire que ce n’est pas un accident, et très difficile de la quitter (sans compter le cas de celles qui ont peur de partir, et/ou sont mal entourées et psychologiquement plus fragiles ou moins préparées que Lily, ce qui n’était pas l’objet du roman en l’occurrence).

 

Malheureusement, j’ai trouvé que les émotions que l’on attend d’une romance sont un peu en reste concernant l’histoire entre Lily et Ryle. Je n’ai pas ressenti très fort leur amour et, du coup, lorsqu’elle hésite à le quitter, je n’ai pas vraiment ressenti le dilemme que l’héroïne devait ressentir. Le but principal du roman n’est donc pas tout à fait atteint en ce qui me concerne (même si je sais qu’il a fait la quasi unanimité auprès des autres lectrices). Peut-être la personnalité de Ryle n’est-elle pas assez développée pour que l’on s’attache à lui avec Lily, vivant son dilemme avec elle ? (Des chapitre racontés par Ryle auraient peut-être pu y contribuer également ?)

 

En revanche, j’ai ressenti beaucoup plus d’émotion et d’amour véritable et fort entre Lily et son extraordinaire premier amour : Les chapitres consacré à son passé, qui s’entrecroise avec son présent et y aura des conséquences, m’ont énormément touchée. J’ai trouvé ces passages très beaux et plus intenses. Mais je ne vous en dit pas plus afin que vous ayez la joie de les découvrir, si toutefois vous envisagez cette lecture !

 

Un petit tour d’horizon pour finir : Ce roman complète assez bien « Big little lies » de MORIARTY, dont je vous ai récemment parlé. Mais pour un roman sublime sur le sujet de la violence sur les enfants, je vous renvoie à « Des bleus au coeur », de Louisa REID.

 

 

Etes-vous sensibles à ces thèmes  en littérature ? Avez-vous aimé "Jamais plus" ?

« Anatomie d’un soldat » d’Harry PARKER : Coup de coeur

Le 24 mai 2017, 09:20 dans Livres 7

 

Ce roman, magnifique et innovant, est l’histoire de Tom BARNES, soldat de l’armée britannique sous le matricule BA5799. Il part en mission dans un désert en guerre, où nous le suivons, mais explosera sur une bombe, obligeant le corps médical à l’amputer.

 

Toute l’originalité et la force du roman sont dans le récit : L’auteur, lui-même ancien soldat britannique, a choisi des témoins très particuliers : Les objets qui l’ont entouré de près ou de loin au combat, ou qui l’entourent encore dans sa nouvelle vie. Une vie sans jambe, qu’il doit apprendre à apprivoiser. Une nouvelle vie dans laquelle il doit se retrouver, se réapprendre, survivre au regard des autres.

 

 

Si j’avais peur de tomber dans un récit un peu facile et superficiel du fait des points de vue choisis (des objets), ce fut tout l’inverse. J’ai été bouleversée par la plume de l’auteur, les mots, personnages et événements exploités à leur maximum. 

 

Tom est un capitaine attachant. Il se rend compte qu’il ne pourra pas toujours échapper aux risques du terrain comme il en a eu la chance jusqu’à présent, que ça n'arrive pas toujours qu'aux autres comme on voudrait le croire très fort. Si au départ il lui tarde d’aller au combat avec ses hommes, il est à présent impatient de rentrer chez lui retrouver ses proches. Mais le destin le rattrape plus vite que prévu lorsqu’il explose sur une bombe ennemie.

 

A l’hôpital, Tom est fort et s’efforce de le rester même dans ses moments de lassitude, de peur, de doute ou de douleur. Les objets qui en sont témoins, quant à eux, même les plus douloureux pour Tom, sont dotés d’une extrême sensibilité qui vous touchera à chaque mot, presque comme s’ils étaient conscients et même s’excusaient, pour certains, de leur rôle dans ce récit.

 

Certains objets témoignent du présent de Tom à l’hôpital, après ses blessures ; D’autres au contraires témoignent de cette guerre dans le désert, des événements qui ont conduit Tom jusqu’à l’explosion ce jour-là. Loin des clichés auxquels je m’attendais et que je craignais, les objets nous confient vraiment toutes sortes de moments privilégiés au sein de la population locale, du camp militaire, des opérations, des familles restées au pays, des médecins et hôpitaux, des amis devant participer au préapprentissage de la vie de Tom.

 

Et puis, si certains objets racontent factuellement, d'autres s'adressent directement à Tom en lui parlant, comme cette infection venue du désert et qui se propage en lui, et dont le texte est particulièrement touchant.

 

Grâce à cette diversité de points de vue, nous pénétrons au plus profond de toute chose et de toute âme : un sac main de sa maman, ses chaussures militaires, sa radio de transmission, le fusil de l’ennemi qui lui tire dessus, la sonde urinaire qui l’accompagne durant trois semaines d’opérations diverses à l’hôpital, le garrot qui lui sauve la vie après l’explosion, le tapis d’habitants du désert avec qui il doit négocier durant sa mission, ou encore la bombe qui l’a fait sauter, sa nouvelle prothèse, etc…

 

Ne vous êtes-vous jamais dit que si les objets qui nous entourent pouvaient s’exprimer, ils en auraient de bonnes à raconter ? Eh bien Harry PARKER les fait parler, sans tabou mais avec respect et pudeur, tout au long de ce roman plein de force et de sensibilité mêlées, garanti sans pathos

 

Au total, ce roman est donc une expérience très marquante et hautement réussie, que je recommande chaudement. Un belle façon de rendre hommage aux populations en guerre mais surtout à nos hommes et femmes qui partent en guerre pour nous protéger et en reviennent forcément meurtris, de quelque manière que ce soit ; Que l’on ne sait pas toujours aider mais à qui l’on pense très fort.

 

Qu’est-il vraiment arrivé au soldat Tom BARNES, BA5799 ? Va-t-il s’en relever et comment ? Vous ne le saurez exactement qu’à la fin. 

 

L’expérience vous tente ?

 

Quand le soleil bat dans nos coeurs

Le 21 mai 2017, 21:43 dans Humeurs 6

Bonsoir mes Cotons !

Je profite de la vitamine D qui coule encore dans mes veines pour vous écrire un petit coucou gorgé de soleil, histoire de vous souhaiter une belle nuit de sommeil.

Je vous souhaite d'avoir passé un aussi bon week-end que moi : En plein soleil, en terrasse d'un nouveau bar en centre ville, sur un arbre couvert de cerises, dans une cuisine fleurant la confiture toute chaude, (d)étendue dans l'herbe tondue, entourée de l'odeur de citronnelle, de menthe, de chèvrefeuille et de pivoines, dans les bras de vos proches bien aimés, l'esprit entre les lignes de votre lecture du jour...

 

J'espère que vous avez pris le soleil avec moi et que vous êtes bourrés d'images positives pour aller au lit. Gros bisous les cotons, et bon courage pour la semaine à venir (trois jours de travail, trop dur !!).

Et vous, qu'avez-vous fait ce week-end ?

Voir la suite ≫