La douceur d’octobre m’incite aux fraîches mais saines balades maritimes : Avant d’observer les feuilles brunir sur les arbres, j’aime regarder le soleil rougeoyer lorsque, chaque soir, il plonge pour son bain d’océan quotidien. A l’heure où les touristes quittent la plage, il flirte avec les vagues. De ses rayons brûlants, il éclaire une dernière fois les créations éphémères que la marée fait fondre mais que, chaque matin, d’autres gens se targueront de reconstruire. Au rythme des lunes, les marées déferlent. Au rythme des marées, les plages se réinventent. Au rythme des vagues, le soleil, qui a plongé, se dépose en paillettes d’or sur le sable mouillé.

Si le cœur vous en dit, bienvenue pour ces quelques pas sur le sable mouillé de Saint Georges de Didonne (téléphone en main pour les photos souvenirs) :

 

 

 « Je marche éternellement sur ces rivages,
Entre le sable et l'écume.
Le flux de la marée effacera l'empreinte de mes pas,
Et le vent emportera l'écume.
Mais la mer et le rivage demeureront
Eternellement. »

Le Sable et l'écume : Livre d'aphorismes de Khalil Gibran

 

« L’éternité, c’est la mer mêlée au soleil »
Arthur Rimbaud

 

“Je suis comme un océan transformé en lac et qui aurait la nostalgie de ses marées, de ses vagues et de ses tempêtes.”

Geneviève Dormann / Fleur de péché, 1990

 

Et vous, que vous inspire l'océan ?