Au mois de juin, fini la lecture dans le parfum des roses : Place à l’ombre des pois de senteur. Leur jolie forme alambiquée, leurs couleurs dégradées et leur nom ensorceleur contribuent à l’univers féérique du jardin.

 

 

Même s’il paraît que, dans le langage des fleurs, ils signifient « Je ne vous crois pas », j’ai quand même un faible pour cette plante originale qui apporte une touche poétique à mon jardin de lecture.

 

 

 « Ouvrons notre cœur comme ces petits pois de senteur

qui aiment à s’enlacer sous les tonnelles du bonheur.

Ouvrons notre cœur et faisons l’offrande de notre amour

comme la fleur exhale son parfum sans rien attendre en retour.

Ouvrons notre cœur pour aimer sans avoir peur des lendemains

comme l’oiseau qui chante sans s’inquiéter s’il vivra demain.

Ouvrons notre cœur pour redevenir un petit enfant

candide et joyeux, le nez en l’air et les cheveux au vent.

Ouvrons notre cœur pour que nos différences

ne s’échouent plus sur les brisants de l’intolérance.

Ouvrons notre cœur au pardon pour tarir les larmes de fiel

et colorier notre cœur aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Ouvrons notre cœur en grand et sourions à la vie chaque seconde

l’esprit apaisé, nous regarderons alors … l’âme du monde. »

  

Dans "Portraits intimes des fleurs" de  Richard Philip

 

 

Et vous, que pensez-vous des pois de senteur ? Quel univers vous inspirent-ils ? En possédez-vous ?