Je ne connaissais pas cette auteure pourtant réputée, je ne suis même pas une inconditionnelle de son héroïne, et je n’aime pas spécialement lire des romans historiques. Mais en me parlant de ce livre, ma libraire m’a intriguée : Ce n’est pas un roman historique sur Marie-Antoinette, contrairement à ce que la couverture laisse croire ; L’auteure a souhaité, au travers des faits, des écrits de l’époque, du contexte, des objets et personnalités qui l’entouraient, percer la personnalité réelle de la reine qui a été beaucoup fantasmée et probablement déformée.

« J’ai eu envie d’approcher l’insaisissable, de raconter la douleur, le chagrin, le désir, le malentendu. Si toute écriture de soi est un roman, l’inverse est aussi vrai. »

 

 

Marie-Antoinette était-elle la reine hautaine et infidèle que l’on croit ? Et si oui, ou si elle a pu le laisser croire, pourquoi ? Christine ORBAN tente de rétablir sa véritable personnalité, ou plutôt celle qu’elle perçoit sous le masque public que portait la reine. Elle s’appuie pour cela sur les événements historiques qui l’ont forgée et qu’elle a dû subir sans y être préparée ; Elle souligne ses mécanismes de défense, la logique cachée de ses apparentes contradictions…

« En lui redonnant vie le temps de l’écriture, j’espère avoir rendu justice à Marie-Antoinette. (…) On écrit que pour ressusciter les morts. »

Nous suivons les méandres de la construction de sa personnalité, privée et publique, au fil des grands événements historiques que nous connaissons : Son arrivée d'Autriche encore adolescente, sa vie intime avec le roi, son existence si épiée à la cour qu’elle a ce besoin viscéral de trouver refuge ailleurs, son exubérance pour tromper l’ennui, son amour secret, sa fuite à Varenne, etc… C’est en revenant sur quelques anecdotes choisies, classées par thème mais sans aucune continuité chronologique, que Christine ORBAN tente d’approcher les pensées profondes de son héroïne.

*****

Y parvient-elle ? Sa formation d’analyste et sa sensibilité nous offre probablement quelques clés pour comprendre la vie de Marie-Antoinette et ses désillusions. Elle parvient ainsi à rétablir une certaine humanité chez cette personne royale et à animer quelque peu les images que l’on peut avoir de la reine à travers nos cours d’histoire, les peintures, ou encore nos lectures.

Cependant, l’absence de chronologie entraine quelques répétitions. Surtout, l’absence de véritable récit d’une histoire rend l’œuvre un peu décousue et nécessite d’avoir une assez bonne connaissance du sujet avant de commencer cette lecture, sous peine de ne pas en saisir l’entier intérêt ni les tenants et aboutissants. Du coup, plutôt que d’avoir une belle impression d’ensemble de la personnalité de M.A. (comme l’appelle l’auteure), j’ai l’impression de n’en avoir saisi que des bribes, comme un exercice à trou qui laisse une impression d’inachevé.

Je me suis souvenue, lors de ma lecture, que j’avais déjà deux romans sur le thème de Marie-Antoinette à mon actif : « Le rendez-vous manqué de Marie Antoinette » et « les Adieux à la Reine » sur la fin de son règne au côté de Louis XVI. En outre, j’avais lu « L’échange des princesses » (sur l’arrivée de l’infante d’Espagne en France pour devenir la reine de Louis XV), ce qui m’a donné de bonnes bases pour comprendre les références de Christine ORBAN. J’avais adoré ces lectures pour m’avoir vraiment fait pénétrer l’ambiance du moment décisif qu’ils racontent respectivement.

Et au final, je dirais que ce sont ces trois romans qui m’ont donné la matière suffisante - une base de l’histoire et des images et sensations sur lesquelles appuyer ma lecture – pour apprécier l’approche de « Charmer, s’égarer et mourir » (dont le titre est extrêmement bien choisi au vu à la fois de la vie et personnalité de l’héroïne, mais aussi de l’approche choisie par l’auteure). Ce livre-ci est un bon complément. Mais heureusement que je n’ai pas commencé par lui, car mon envie de mieux connaître la reine n’aurait pas été assouvie. Ne lisez pas ce livre comme un roman sur M.A., mais vous pouvez vous y intéresser comme cerise sur le gâteau de vos autres lectures sur le thème.  Est-ce un thème ou une forme littéraire qui éveille votre intérêt ? Me conseillez-vous un roman en particulier sur ce thème ?