Lorsque j’ai lu « Six jours » de Ryan GATTIS, qui raconte les règlement de compte entre gangs pendant les émeutes de 1992 à Los Angeles, on m’a conseillé de lire ce roman "Dans la ville en feu", de Michael CONNELLY : Il raconte un autre aspect de ces six jours durant lesquels la ville était à feu et à sang. 

 

 

L’inspecteur Harry Bosch est appelé sur l’une des nombreuses scènes de crime de cette période, qui se multiplie tant tout le monde profite du chaos pour régler ses comptes. En effet, les forces de l’ordre n’ont pas les moyens d’enquêter sur les crimes commis durant ces émeutes puisqu’ils sont sur tous les fronts. Le rôle de l’Inspecteur Bosch est donc de figer la scène de crime autant que possible, c’est à dire en l’occurrence de manière très imparfaite, pour qu’une fois les émeutes terminées, ces collègues puissent démarrer l’enquête.

 

Le meurtre qui nous occupe est celui d’une journaliste danoise dont les derniers reportages visaient des militaires de l’opération « tempête du désert ». Ce crime ne sera jamais résolu du fait des émeutes et, 20 ans plus tard, on demande à Bosch de reprendre cette affaire dans le cadre de sa nouvelle affectation aux cold cases. Il doit alors tout reprendre à zéro, compulser les notes des précédents enquêteurs et les comparer avec ce dont lui se souvient de la scène de crime de l’époque, réinterroger chaque piste et chaque proche de la victime, dont la mémoire a également pris 20 ans. Etait-ce juste une femme au mauvais endroit ? A-t-elle été tuée dans le cadre de ses reportages ? Est-ce un dommage collatéral des émeutes ou un meurtre qui n’a rien à voir ? Heureusement, l'Inspecteur Bosch ne laisse passer aucune coincidence et n'écarte aucune piste, même si cela doit lui attirer les foudres de sa hiérarchie...

 

« On dit que le travail des forces de l’ordre est 99% pur ennui et 1% moments de haute intensité avec adrénaline qui hurle et questions de vie et de mort pour conséquences. Bosch ne savait pas si c’était le cas de ce qu’il venait de découvrir, mais l’intensité du moment ne lui échappait pas. »

 

*****

 

Depuis le temps qu’on me parlait de cet auteur, je suis ravie de l’avoir enfin découvert et, qui plus est, avec un roman sur cette période qui se prête vraiment aux intrigues en tout genre.

 

J’ai beaucoup aimé le personnage principal d’Harry, qui est apparemment récurrent chez l’auteur. J’ai apprécié également le déroulement de l’enquête : son rythme, ses personnages multiples mais pas trop nombreux, ses époques à explorer, ses lieux à connecter jusqu’à ce qu’enfin tout prenne forme.

 

Je comprends le succès de cet auteur car c’est une lecture qui roule vraiment bien : Tout se déroule bien pendant la lecture, tout est bien dosé : l’action, le timing, la place de chacun dans l’histoire… Si vous aimez les romans policiers et qu’en plus la période vous tente, n’hésitez pas ! 

 

A-t-il écrit d’autres romans qui vous ont marqués ? Est-ce que certains d’entre vous, comme moi, ne connaissaient pas cet auteur mais voudraient le découvrir ?