C’est l’histoire à la fois triste et lumineuse de deux jumelles adolescentes, l’une très belle, Hephzi, l’autre atteinte d'une malformation qui rend son visage différent : Rebbecca. Pour leurs parents, croyants à outrance, c’est un signe du diable leur permettant toute la maltraitance possible. Pourtant ils demeurent insoupçonnables, car le père est le chef de la communauté religieuse de la petite bourgade où ils habitent, et il sait cacher les coups. Pour plus de sûreté, ils empêchent les filles de sortir ou même d’aller à l’école, sous prétexte qu’elles apprennent à la maison et doivent aider à l’Eglise. En creusant un peu, on finira par apercevoir la vraie raison de l’absence d’attachement des parents à leurs deux filles… Il n'en demeure pas moins les années de maltraitance, de peur, de tristesse sans fond, de marginalisation, mais aussi de lutte et d’espoir de ces deux sœurs qui souhaitaient juste être comme les autres enfants de leur âge.

 

 

Et puis un jour, les filles doivent aller au lycée. Alors, elles touchent du doigt l’émancipation. Hephzi surtout, qui décide d’être comme les autres, demande à Rebecca de couvrir ses sorties avec son petit ami… Mais dans une petite communauté, tout se sait très vite. La punition d’Hephzi la mènera à la mort. Et Rebecca sera alors toute seule pour continuer le combat : Parviendra-t-elle à s’en sortir ? Et Comment Hephzi est-elle morte ?

*****

Ce roman réussit le tour de force d’être à la fois léger comme une plume sous ses airs de récit de la vie d’adolescentes, et aussi poignant que bouleversant pour son contenu dur et marquant, suggéré du bout de la plume de chacune de ces ado à tour de rôle. Et il est d’autant plus touchant que ce sont les héroïnes elles-mêmes qui nous racontent leur histoire, irradiant de force et de volonté de s’en sortir. Par chapitres alternés, la voix d’Hephzi nous raconte sa vie jusqu’à son enterrement, et Rebecca nous livre sa propre vie à partir de la mort de sa sœur. Ces deux récits se rejoignent petit à petit, levant progressivement le voile non seulement sur la mort d’Hephzi, mais également sur la maltraitance quotidienne qui se dessine sous leurs mots, et sous leurs silences.

Car cette histoire est aussi celle des silences, des choses que l’on ne peut pas dire aux autres de peur des moqueries mais surtout des représailles, de l’aide qu’on ne peut demander de peur que si ça ne fonctionne pas, la vie soit pire… Et des personnes qui, si elles soupçonnent quelque chose, n’osent pas se mêler de ce qui, pensent-elles, ne les regarde pas (ou ne savent pas comment, ont peur de se tromper, etc...). Les deux sœurs savent que leurs parents paraissent intouchables car, sous leurs airs angéliques, ils savent manipuler les gens et la vérité mieux que personne. Hephzi la rebelle a goûté aux plaisirs adolescents, mais ils lui ont été repris trop vite. A sa mort, son petit ami se pose des questions et tente de se rapprocher de Rebecca la timide, pour connaître la vérité sur cette mort mystérieuse et subite. Rebecca décidera-t-elle de s’appuyer sur lui pour se libérer de ce carcan et prendre sa vie en mains, en mémoire de sa sœur ? Ou bien la mort tragique de sa sœur la convaincra-t-elle de se taire à jamais… ?

Lisez ce petit bijou de finesse, d’amour et de non-dits qui fut, pour ma part, un immense coup de cœur ! (Et si vous souhaitez vous faire une idée de ce récit, je vous donne le lien du roman sur Youscribe, où les premières pages sont consultables gratuitement).