Le narrateur, un jeune prodige parmi les hackers, vient d’être recruté par l’armée pour programmer des drones. Il permet à l’armée de combattre efficacement l’ennemi tout en évitant à nos soldats français d’aller se faire tuer sur le  terrain ; Les drones, pilotés par nos soldats à l’abri et loin de la guerre, se chargent de repérer l’ennemi puis de l’abattre. Sur le papier, tout semble propre, net, et surtout efficace. C’est aussi ce que pense le narrateur (« Pourquoi en vouloir à une machine qui prend tous les risques, même celui de mourir, à notre place ? »), qui méprise la crainte des soldats à l’encontre de machines qu’il croit pouvoir contrôler de son simple clavier. Jusqu’à ce qu’il côtoie de plus près ce monde où les drones prennent de plus en plus d’importance…

 

 

Son journal de bord nous éveille alors au revers de la médaille : Envoyé dans un désert du Proche-Orient pour s’occuper des drones, le narrateur constate que les soldats ont petit à petit été privés de leur rôle, des batailles pour lesquelles il se sont engagés : Ce sont les drones qui combattent l’ennemi sur le terrain, tandis que les soldats ont pour mission principale de veiller sur les locaux où ils sont précieusement entreposés. L’aversion des soldats pour les drones devient difficile à canaliser… A moins d’utiliser les drones eux-mêmes pour cela. Mais du coup, les soldats auraient-ils raison de se méfier de ces robots bourdonnants ? Car ils sont bien placés pour savoir comment ils opèrent et combien ils sont efficaces, vous épient et ne vous laissent aucune chance.

 

« Avant, le soldat qui tuait acceptait d’être tué. Il était bourreau et victime à la fois. Le drone n’est que bourreau. Caché derrière lui, le soldat tue mais n’est jamais tué. »

 

Dans le même temps, le narrateur se rend compte que ses programmes sont modifiés pour certains drones, qui semblent avoir une existence propre. Plus agressifs, plus menaçants, les drones deviennent lentement mais sûrement l’ennemi à abattre, le robot qui menace l’Homme et plus seulement les combattants adverses, ciblés. Et la paranoïa s’installe… 

 

*****

 

J’ai bien aimé que le thème classique de la machine qui se retourne contre son créateur, alors même qu’il est sensé être le génie le plus à même de le contrôler, nous soit proposé à partir de technologies que l’on utilise actuellement. L’Homme demande au drone de tuer à sa place mais, en s’épargnant, il se désengage. En se désengageant, il tue plus facilement d’un côté, mais se sent inutile et lâche de l’autre. Et quand on se rend enfin compte que le système dérive, peut-on le quitter ? Ou bien est-il trop tard, les machines décidant déjà pour nous de ce que nous pouvons faire et ne plus faire ? Comment fuir cette guerre lente et inactive, enlisée ? Aucune rebellion ne semble possible : Les drones sont là, qui veillent sur leurs troupes…

 

Au delà de la question des guerres « dématérialisées », la plume directe et percutante de Boris BERGMANN nous incite à réfléchir plus largement sur la place que prennent les avancées technologiques dans nos vies et notre avenir : Saurons-nous garder le contrôle ?  Abordons avec prudence ce que nous prenons pour un progrès, mais qui entrave toujours un peu plus nos libertés et notre humanité. Son scénario n’est pas poussé à l’extrême et c’est un thème classique. Mais il est implacable, offre une piqûre de rappel moderne et peut-être un point de vue nécessaire.

 

« Aujourd’hui, on manque de déserts au centre de nos vies et de nos villes, où même la nuit, ultime no man’s land, a été régulée, avortée de ses imprévus, de sa liberté. Le désert recule chaque jour un peu plus et personne ne peut mesurer la gravité de cette perte. »

 

Le fait que le message émane d’un informaticien convaincu renforce le propos de l’auteur. Surtout, ce qui est intéressant dans ce roman est le glissement, net mais progressif, du point de vue du narrateur : De l’informaticien convaincu ironisant sur les soldats « à l’ancienne » qui revendiquent le droit de retourner se faire tuer, il devient celui qui les comprend en vivant à leurs côtés, puis il se rend compte que la machine peut lui cacher des choses à lui aussi, et enfin qu’elle peut être incontrôlable même par lui et donc néfaste pour l’Homme.

 

« La soumission doublement pathologique - boulimique et aveugle - à la technologie est un déni de volonté. Elle prive d’acte donc d’honneur. On se désengage par les drones, on leur laisse le monopole de la peur. l’ennemi n’est pas celui que l’on croit, l’ennemi c’est le drone en soi. C’est pour ça qu’il a déserté : pour retrouver l’action. Il a déserté en lui pour éprouver qu’il revivra. »

 

Boris BERGMANN parvient très bien à rendre cet effet avec une écriture imagée, acérée, et un sens de la formule réjouissant. C’est pourquoi, malgré une fin un peu romanesque, je suis ravie de l’avoir découvert grâce aux masses critiques de Babelio et aux éditions Calman-Lévy.