C’est d’abord le titre qui m'a happée. Puis le nom de l’auteure m'a rassurée. Enfin, le thème m'a confortée dans l’idée que je devais lire ce livre et surtout que j'allais l’aimer. 

 

 

L’histoire se déroule en Irlande en 1911, dans un asile d’aliénés. En suivant un patient déjà à l’intérieur (John), une patiente qui y arrive tout juste (Ella) et un médecin qui y exerce (Charles), nous obtenons une idée très précise de ce qui s’y passe, à une période où la supériorité de la race humaine est une question qui préoccupe la société.

 

On se pose la question de la survie des êtres humains dit « supérieurs » s’il doivent subvenir aux besoins des aliénés, surtout si ces derniers se reproduisent… Doit-on alors enfermer tous les êtres humains « inférieurs » et procéder à la ségrégation très stricte entre homme et femme, ou bien plus radicalement encore les stériliser d’office pour qu’ils ne se reproduisent plus ?

 

En tant que Médecin, Charles aime à penser qu’il existe une troisième voie, celle de « guérir » les patients pouvant l’être, de les élever pour les réadapter à la société, en fonction des raisons qui les ont amenés à l’asile. Il pense cela possible avec certains patients et veut être le premier à tester sa méthode : La musique. Chaque vendredi, il organise un bal à l’asile et autorise ses patients les plus réceptifs à y participer. John et Ella s’y rencontrent, mais s’ils commencent à ressembler à un couple, comment va s’achever l’expérience du Docteur Charles…?

 

*****

 

On se prend immédiatement au jeu de ce « vol au-dessus d’un nid de coucou » à l’anglaise. Si ce dernier nous amenait à réfléchir sur les méthodes de traitement « choc » employées pour « soigner » la folie, « La salle de bal » insiste sur les idées eugénistes de l’époque, avec l’influence des théorie Darwinistes. 

 

Le sujet est très bien amené par l’auteure, l’ambiance très bien posée, les personnages rapidement attachants. Ce second roman de Anna HOPE est extrêmement confortable dans son ambiance anglaise, irlandaise ; Il est également intéressant pour la question de l’eugénisme dans le milieu des aliénés en 1911, et intriguant par la façon qu’a l’auteur de nous présenter ses personnages. 

 

Comme prévu, j’ai adoré cette lecture même si la tension du départ m'orientait vers une fin moins convenue. Les romans de Anna HOPE sont pour moi les romans par excellence où tout y est, le lecteur n’a plus qu’à se laisser porter. Je suis complètement absorbée par ma lecture, immergée, je ne veux plus en sortir, je ralentis pour ne pas encore finir cette lecture et prolonger ce moment…

 

Un très bon moment de lecture... 

 

Mais peut-être l’avez-vous déjà lu et aimé ?

Connaissez-vous son premier roman ? Je vous en parle très bientôt !