« Peut-être que tu te dis que tu pourras voler.

Que pour toi, ce sera possible. »

 

Voici une envoutante lecture estivale qui allie ambiance rétro (en commençant dans les années 1980) et plus moderne (en s’achevant après l’an 2000). Car sous ses airs de bluette d’adolescentes du départ, avec son ambiance de fête foraine, de jeunesse new-yorkaise et de destins scellés, elle s’avère plus belle et profonde que prévu, et apporte une jolie lumière sur la vie.

 

 

« Tu crois qu’un beau souvenir est toujours accompagné d’une chanson ? »

 

Miss Cyclone c’est Angela, ado d’une famille d’immigrés italiens dont le père est mort et qui vit en HLM avec sa mère. Sa meilleure amie, June, vient d’une famille aisée et aime séduire pour compenser le peu d’intérêt que ses parents lui expriment. Angela est promise à Nick, fils d’Italien également dont le père leur lèguera ses auto-tamponeuses à leur mariage. Si June est un électron libre, Angela semble donc avoir sa vie toute tracée avant d’avoir pu l’expérimenter par elle-même et faire ses propres choix.

 

Un soir pourtant, lorsque Nick lui présente son nouvel ami Adam, il nous semble possible que la vie d’Angela prenne une tournure différente, une tournure qu’elle pourrait choisir et non se contenter de suivre… Mais John Lenon décède soudainement, et toute la jeunesse New Yorkaise se rassemble pour une veillée mémorable. Ce soir-là, la grande Histoire va contribuer à sceller la petite histoire d’Angela, pour le meilleur…, mais aussi pour le pire. Car les personnages subiront les conséquences de ce qui s’est passé ce soir-là encore bien des années plus tard, et parfois sans le savoir. Et sous le poids des non-dits et secrets, des vies pourraient bien voler en fumée…

 

« - N’en veux pas à Nick, murmura-t-elle.

- Quoi ? Non, étrangement, je n’en veux pas à Nick. J’en veux à la vie qu’on ne nous apprend pas. »

 

*****

 

Ce roman, c’est tout le poids de la famille, des secrets entre amis, mais aussi des simples non-dits. C’est une grande histoire d’amours et d’amitiés, mais aussi de trahisons forcées et de destins croisés. Ce que j’ai beaucoup aimé, et qui donne du relief à cette lecture, c’est que l’auteur met en perspective deux grands évènements de notre Histoire, avec les péripéties des vies de ces quelques personnages. Tout cela s’entremêle habilement, aidé par l’ambiance que l’auteur sait créer autour de ces années et de ces familles, puis par le suspense et la légère tension qu’elle sait faire monter jusqu’au final en apothéose. 

 

Il fallait de l’imagination et assez de talent pour se servir de ces deux évènements, et surtout du 11 septembre 2001,  pour monter une histoire qui ne soit pas clichée ni ne sacrifie la psychologie des personnages. Les réflexions et sentiments des personnages sonnent juste, ni trop ni trop peu. Les dialogues ont souvent raisonné en moi, soit que je les ai trouvés vrais, soit qu'ils m'aient réellement émue sous leurs airs de légèreté. Au total, j’ai été très agréablement surprise par cette histoire et par la manière de la raconter : Je m’attendais à quelque chose de convenu et j’ai trouvé presque un coup de coeur.

 

« On devrait tous avoir deux vies. On se trompe toujours dans la première. »

 

Qu’en avez-vous pensé ? Allez-vous lire cette petite madeleine estivale pendant l’été indien, pour prolonger les beaux jours ?