« Lobservation vire à lobsession. Soir après soir, il mate. Chacune de leurs fenêtres est une vignette dans laquelle serpente, au rythme des apparitions et disparitions, un microcosme muet et fascinant. Son regard en perpétuel mouvement sintroduit et dissèque le va-et-vient. Du haut de sa tour doù personne ne le voit, il infiltre les secrets. Cest lui le maton à présent. Les prisonniers sont en face, dans leur cellule baignée de lumière. »

Oui je sais, je suis incorrigible ! J’ai encore succombé à une nouveauté malgré ma PAL, à cause du scenario qui me parlait : Un détenu obtient une liberté conditionnelle, et une association de réinsertion l’installe dans un appartement. Mais il est très difficile pour notre personnage de se resocialiser, de ré-apprivoiser une liberté qui n’a plus rien d’évident pour lui : En l’absence de murs pour la délimiter et de passages à tabac pour la sanctionner, comment sait-on où l’on doit s’arrêter ? Ce que l’on a le droit de dire et quand il faut parler ? Comment renouer avec les sentiments qu’on a enfoui pour se blinder ? Peut-on s’autoriser un peu d’empathie sans se faire manipuler ?

 

 

 

Se sentant paradoxalement prisonnier de ses incertitudes, ne sachant plus ce que signifie vivre « normalement », notre ancien détenu se prend à observer ses voisins d’en face. Au début, par accident, les voyant aménager en regardant par la fenêtre pour combler le vide qui l’entoure. Puis, intrigué, il profite de l’absence de rideau pour bénéficier de leur compagnie à distance, sans les inconvénients de devoir se présenter. Enfin, grisé par les images intimes que lui offre cette mère de famille tous les soirs dans le cadre lumineux de la fenêtre de sa chambre, il s’enferme dans une routine interdite : Du prisonnier surveillé jour et nuit, c’est lui qui devient le surveillant de la vie de cette famille parfaite, prisonnière des apparences qu’il faut sauvegarder. 

A la fois fasciné et agacé par cet équilibre qui lui semble inatteignable, l’ancien détenu lutte contre ses démons. Comment retrouver la joie de vivre que ces bourgeois de l’immeuble d’en face affichent en permanence ?Et comment supporter leur bonheur et leur normalité ? Mais ces fenêtres ouvertes sur la vie des gens ne sont peut-être que des vignettes bien proprettes, des vitrines étudiées masquant une réalité bien plus grise… Qui est véritablement le plus prisonnier de sa vie ? Tout le monde n’est-il pas prisonnier de quelque chose ? Prisonniers de nos préjugés (et le lecteur en sera sûrement pour ses frais dans ce roman !), de notre routine, de nos obligations ; Prisonnier de nos secrets, de nos fantasmes…

*****

J’ai énormément apprécié la plume d’Inès BENAROYA, qui saisit en quelques mots une situation, des sentiments, et sait les dépeindre avec concision, précision, justesse et empathie. Cela rend le texte clair, aéré, léger, et pourtant si pertinent, autant dans la formulation que dans la réflexion.  

Et il y a beaucoup de réflexions dans ce roman, car l’auteure fait d’une situation relativement simple une poupée gigogne : Alternant le point de vue du détenu puis celui de sa voisine d’en face, elle offre au lecteur différents degrés de perception. Sous les regards complémentaires du détenu mateur puis de la victime qui décide de reprendre les rênes de sa vie, l’histoire prend de l’ampleur.  

Que ce soit par procuration ou physiquement, ce sont finalement deux prisonniers de leur vie qui s’évadent en s’invitant l’un chez l’autre, et c’est bien là le point commun qui va les rapprocher. Et après tout, qu’est-ce que la littérature sinon regarder un morceau de vie chez d’autres personnages par le bout de la lorgnette, par les fenêtres que l’auteur veut bien nous ouvrir sur eux, et tenter de comprendre ceux qui nous entourent ? Car voir avec des yeux différents développe cette empathie qui nous permet de nous ouvrir aux autres. 

Une jolie plume contemporaine, très expressive, pleine de bon sens. Etes-vous prêts à regarder de l'autre côté du miroir ? Connaissez-vous d’autres histoires dans le même genre ? Ca m’intéresserait ! Dans le genre thriller, si vous aimez le thème de l'imagination de la vie des autres, vous pouvez aussi envisager "La fille du train"...