Moi qui n’aime pas la science fiction, mais qui aime la littérature d’anticipation que je trouve très inspirante selon les thèmes, je n’ai pas pu résister à la sortie de WATER KNIFE.

 

 

Paolo BACIGALUPI nous livre ici une histoire qui se déroule dans un futur proche, où les avertissements des climatologues sont devenus réalité. Aux Etats-Unis, l’eau est une denrée en voie de disparition, les populations, mais surtout les Etats entre eux, se livrent une guerre sans merci pour faire valoir leurs droits sur l’eau qui traverse leurs contrées. 

 

Nous pénétrons des paysages désertiques où les minces filets d’eau restants sont emprisonnés dans des tunnels de la ville, où les locaux ont du mal à survivre dans les tempêtes de poussières, où il ne pleut plus jamais, où il fait si chaud que la moindre goutte laissée à l’air s’évapore. Dans ce contexte, seuls les dirigeants et leurs armées tirent leur épingle du jeu, logés dans des constructions qui sont des villes sous cloche avec l’eau courante. Pour le reste de la population, l’eau est rationnée et payante : chacun va à la pompe payer son verre d’eau, les toilettes sont sèches, plus de douche, plus de lessives, et il n'est pas rare de vendre son corps pour obtenir certains avantages ou tenir un jour de plus… 

 

Pour survivre, tous les moyens sont bons et les meurtres sont légion. S’il faut couper l’eau à toute une ville pour qu’une autre ville ayant obtenu des droits sur l’eau en bénéficie, les Water Knife sont dépêchés sur place pour détruire les barrages, assurant ainsi une mort prévisible aux habitants. Les Water Knife n’ont donc pas bonne presse. Notre personnage principal est pourtant de ceux-là, ce qui nous le rend antipathique au départ. Mais plus nous pénétrons ce monde, plus on comprend qu’il n’est qu’un maillon de la chaine qui essaye lui aussi de survivre en exerçant le métier que le destin a mis sur son chemin.

 

Et quand le bruit court que les droits à l’eau les plus anciens jamais découverts circulent dans une sorte de marché noir, il est chargé d’aller sur le terrain les récupérer. Bien sûr, rien ne se déroule comme prévu, et une panoplie de personnages secondaires bien campés nous offrent des rebondissements jusqu’à la dernière page.

 

*****

 

Un roman excellent qui nous donne de l’aventure, mais aussi une vraie réflexion sur notre futur et nos réserves en eau, auxquelles il faudrait commencer à penser dès à présent si l’on veut tenter d’anticiper le désastre.

 

Une plume active et réactive, des émotions bien placées, des caractères subtilement décrits et construits : Bref, voici un monde qui vaut la peine de rentrer dedans, et que je vous conseille vivement !! Une bonne lecture d’été, pourquoi pas, vous n’en apprécierez que mieux vos apéros entre amis !

 

Vous aimez les romans d'anticipation ? Auriez-vous d'autres titres à me conseiller à votre tour ?